"À l’ère du confinement, alors que les échappatoires se raréfient, les victimes de violences domestiques vivent un enfer permanent. Et ces agressions ne débutent pas toujours par des coups: certains mots douloureux peuvent, par accumulation, dégénérer vers la violence physique. Jacques et Valeria Salomé leur ont consacré un livre."

A lire en ligne sur : https://www.femina.ch/societe/psycho/les-mots-de-la-violence